• English
  • Japon
THE AUTHENTIC JAPANESE FURNITURE > Mobilier japonais > 「和み」シリーズ 

>> Les zataku et kotatsu

Il s'agit des 2 versions de tables basses japonaises.

L'utilisation de la table basse est différente au Japon et en occident. Là où en Europe nous nous servons généralement de la table basse comme une simple desserte devant le canapé, elle a une fonction de meuble central dans la maison traditionnelle japonaise : on s'assied autour, à même le sol, et on s'y attable. On va même passer beaucoup plus de temps autour de la table basse au Japon qu'autour de la table à salle à manger en Europe. Assis bien confortablement (généralement sur un zabuton, le dos éventuellement appuyé sur une zaisu), on y prendra le repas ou le thé, s'y reposera, y lira, y fera les devoirs, travaillera sur son ordinateur portable, regardera la télévision... Meuble tout-en-un, on peut presque dire que la table basse au Japon remplace la table de cuisine, de salle à manger, les chaises et le canapé...

La table basse a été l'un des premiers meubles à trouver sa place dans la maison japonaise il y a environ 500 ans. Et lorsqu'on n'avait pas les moyens d'acheter un tansu, elle restait l'unique meuble dans la maison.
Encore aujourd'hui, dans la washitsu, la table basse reste le meuble principal. Elle est facilement déplacée sur le tatami une fois le soir venu, pour faire place au futon.

La table basse se décline en 2 versions :

Kotatsu utilisé par des courtisanes (ère Muromachi XIV - XVIe siècle)
  • La simple table basse est appelée zataku.
  • Lorsqu'elle est transformée en table basse à chaufferette et équipée de futon pour conserver la chaleur sous la table, on l'appelle kotatsu.
    Le kotatsu il y a 600 ans consistait en un cadre posé au dessus d'un brasier à charbon ou pierres chaudes (irori), et recouvert d'une couette (futon). Afin d'éloigner le futon du brasier et de minimiser les risques d'incendie, la solution consistait à créer une fosse (hori) une cinquantaine de cm plus bas que le tatami, d'où la dénomination de horigotatsu. Pour des raisons de praticité et de sécurité, les kotatsu sont équipés de systèmes de chauffage électrique depuis les années 1950, montés cette fois-ci directement sous la table, ce qui offre également l'avantage de ne plus avoir besoin de fosse.
    Ce meuble n'existe sous cette forme qu'au Japon, et c'est donc à mes yeux le plus représentatif du mobilier japonais. Egalement parce que les Japonais vouent un véritable amour à leur "okota", appellation familière du kotatsu. Il est le symbole de la famille japonaise qui se réunit pour partager des moments agréables. Parlez du kotatsu à un Japonais qui habite à l'étranger depuis longtemps et en est privé, et c'est toute son enfance qui reviendra avec nostalgie... Il faut reconnaître que lorsqu'on a goûté au kotatsu, on ne peut plus s'en passer. Au départ quasi obligatoire dans les maisons en bois aux fenêtres de papier si mal isolées (au Japon on ne chauffe pas la pièce mais très précisément l'endroit où l'on est), le kotatsu n'est plus indispensable de nos jours mais tout simplement agréable. Cela explique que les Japonais achètent encore plus d'1 million de kotatsu par an. J'ai moi-même emporté mon kotatsu à chaque déménagement, même dans les pays où il n'était pas fondamentalement nécessaire. C'est si agréable de s'y glisser lorsqu'il fait un peu frisquet !
Le kotatsu est le meuble central dans la maison au Japon. Tout bon manga ou drama aura une scène autour du kotatsu !

Il y a encore une trentaine d'années, la plupart des maisons étaient équipées de belles tables basses en bois à double fonction (zataku l'été et kotatsu l'hiver). Les ébénistes japonais proposaient alors de très beaux modèles, aussi esthétiques avec que sans les futon. Mais depuis la crise économique des années 1990 au Japon, qui perdure toujours, le mobilier bas de gamme et bon marché importé de Chine et d'Asie du Sud-Est a pris le pas, et les kotatsu ne sont plus des meubles d'ébénistes comme auparavant : ils relèvent désormais plus souvent d'un appareil électroménager que l'on achète au discount store ! Ces modèles bas de gamme, déjà peu esthétiques avec les futon, le sont encore moins une fois les futon retirés : on découvre l'horrible table en aggloméré recouverte de mélaminé, ou pire encore, en aluminium à pieds repliables (type table de camping) ou en plastique soufflé (type jouet pour enfants) ! Hors de question de s'en servir comme table basse, et il faut la ranger une fois le printemps arrivé, et ressortir la table basse qui avait été stockée pendant l'hiver...

Force est de constater que les beaux kotatsu comme les ébénistes japonais en fabriquaient au Japon ont quasiment disparu, car ils valent en moyenne 5 fois plus cher que les kotatsu "appareils électroménagers" importés...

Exemple de kotatsu en plastique...

Ce site se faisant un point d'honneur de présenter le mobilier japonais authentique, je ne m'étendrai pas sur les kotatsu bas et milieu de gamme importés, qui représentent aujourd'hui la quasi totalité des ventes au Japon. Je ne parlerai que des rares kotatsu encore fabriqués au Japon... Mon artisan me disait-lui-même que les ateliers de kotatsu ayant survécu au Japon se comptent sur les doigts d'une main... Cela est bien dommage pour ce meuble qui est unique au Japon.

Plus précisément, je présente ici un modèle de kotatsu que je connais particulièrement bien, pour avoir contribué à le faire renaître, puis avoir travaillé pendant 3 ans à l'adapter à la réglementation européenne.

C'est au moment où j'ai décidé il y a quelques années, pour le compte de ma société à l'époque, d'introduire le kotatsu en Europe, que j'ai réalisé qu'il ne restait quasiment plus d'ateliers de kotatsu au Japon. J'ai alors réussi à convaincre un des rares artisans ayant toujours un atelier au Japon de reprendre la fabrication de son plus beau modèle, arrêté 10 ans auparavant, pour mes clients européens d'alors qui étaient à la recherche d'un kotatsu de qualité. Le kotatsu "Nagomi" était né.

Utilisation en table basse "à l'occidentale"
Utilisation en table basse "à la japonaise"
Utilisation en kotatsu

L'idée était de proposer aux amoureux du Japon de pouvoir retrouver le plaisir du kotatsu. Le plaisir n'étant pas uniquement celui de se mettre au chaud sous la couette, mais aussi celui d'avoir un meuble unique, avec une histoire, et qu'on aura plaisir à utiliser pendant plusieurs dizaines d'années. Bref, renouer avec la tradition des kotatsu d'antan.

Surtout, je voulais que les clients puissent utiliser le kotatsu Nagomi sans avoir à faire de travaux (par exemple l'obligation d'avoir des tatami ou une fosse dans le sol). Si les puristes pouvaient bien sûr utiliser le kotatsu Nagomi dans leur washitsu, je voulais que l'on puisse l'utiliser tel quel dans son intérieur, aussi bien sur du carrelage que du parquet ou de la moquette. Il était également très important pour moi qu'il s'intègre aussi bien dans un intérieur japonais que dans un intérieur européen, classique ou contemporain. Par exemple, un kotatsu peut très bien être mis devant un canapé.

Tout le défi était donc de travailler sur la table, les futon, et l'unité chauffante afin de les faire homologuer pour le marché européen, tout en gardant ces éléments esthétiques et qualitatifs en tête.

Après 3 ans de développement et de complexités normatives, j'ai été heureux de proposer à mes clients le kotatsu Nagomi, le premier kotatsu jamais homologué pour le marché européen (et équipé d'une unité chauffante en 230 V), et de voir le plaisir de mes clients, notamment des familles japonaises ou mixtes, qui étaient si heureuses de retrouver un "okota" en Europe.

Vous rêvez d'avoir un tel kotatsu Contactez-moi. 
 

Table en chêne
Couette de kotatsu
Housse de couette
Tapis de sol
Unité chauffante (230 V)

La table et les futon étaient réalisées par mes artisans japonais, et l'unité chauffante par mon fournisseur français.

Pour terminer, voici un petit dessin pour bien visualiser le principe du kotatsu : le cadre (qui inclut la fonction chauffage) est posé sur un tapis pour kotatsu (mince futon appelé shikibuton) pour faire une bonne isolation thermique avec le sol, puis l’on vient mettre une couette pour kotatsu dessus (futon plus épais appelé kakebuton), avant de reposer le plateau. Cela forme une enveloppe close des 4 côtés, de façon à maintenir la chaleur à l'intérieur. Vous n'avez plus qu'à vous asseoir et à profiter de cette douce chaleur...

Kotatsu / table basse japonaise

Les termes japonais sont retranscrits dans le système alphabétique (rômaji).
Passez la souris sur les mots en italique pour en avoir la définition.
Le pluriel n’est pas marqué, comme cela est la règle en japonais.

Copyright 2009 LE VRAI MEUBLE JAPONAIS.
Ce site internet est protégé selon les articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.
Toute reproduction, même partielle, de son contenu est strictement interdite, sans l'accord écrit préalable d'Olivier CARAMELLE.