• English
  • Japon
    THE AUTHENTIC JAPANESE FURNITURE > Voir mes meubles 

    Voir mes meubles

    J'aime faire vivre et partager ma collection de meubles japonais. Ainsi il m'arrive de participer à des expositions (Maison de la Culture du Japon à Paris, Tenri, Espace Japon, Jipango / Idées Japon). Je suis également heureux d'inviter des passionnés de tansu et de kotatsu, ou tout simplement des amoureux du Japon, à découvrir mes pièces chez moi.

    Ma collection étant plus grande que la place disponible dans mon salon, tous mes meubles n'y sont pas en permanence et il m'arrive de faire tourner mes pièces.

    De même, je ne m'interdis pas de vendre un meuble à un passionné, ou d'acquérir quelques belles pièces que me proposent mes partenaires au Japon. Il s'agit donc d'une collection vivante.

    Voici quelques-unes de mes pièces. Si vous voulez voir mes meubles, n'hésitez pas à me contacter.

    A. Kotatsu Nagomi
    A. Kotatsu Nagomi
    B. Meuble escalier Ishikawa (antiquité)
    B. Meuble escalier Ishikawa (antiquité)
    C. Commode Sendai
    C. Commode Sendai
    D. Commode Sendai
    D. Commode Sendai
    E. Longue commode Sendai
    E. Longue commode Sendai
    F. Commode Sendai
    F. Commode Sendai
    G. Meuble Sendai à portes battantes
    G. Meuble Sendai à portes battantes
    H. Buffet / vaisselier Hikone (antiquité)
    H. Buffet / vaisselier Hikone (antiquité)
    I. Meuble chariot Nihonmatsu
    I. Meuble chariot Nihonmatsu
    J. Commode Nihonmatsu "washi"
    J. Commode Nihonmatsu "washi"
    K. Meuble haut Nihonmatsu
    K. Meuble haut Nihonmatsu
    L. Meuble chariot Edo (antiquité)

    M. Meuble TV Sendai
    L. Meuble chariot Edo (antiquité)
    N. Meuble escalier Konomi
    M. Meuble TV Sendai
    O. Buffet / vaisselier Ômi (antiquité)
    N. Meuble escalier Konomi
    P. Commode Nihonmatsu
    O. Buffet / vaisselier Ômi (antiquité)
    Q. Bahut Niigata (antiquité)
    P. Commode Nihonmatsu
    Q. Bahut Niigata (antiquité)

    Cliquez ci-dessous pour la description du meuble.

    A. Kotatsu Nagomi

    Peut-être le plus insolite de mes meubles… et celui dont je suis le plus fier. J'ai travaillé pendant 3 ans à ce projet de kotatsu. Il s'agissait d'un double défi : réhabiliter le kotatsu comme meuble haut de gamme et l'adapter puis le faire homologuer pour le commercialiser en Europe. 

                       

    Il me reste quelques kotatsu neufs... N'hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressé.

    Cliquez ici pour en savoir plus sur les kotatsu.

    B. Meuble escalier Ishikawa en laque essuyée ton bois, période Meiji

    Ce kaidan dansu fait partie des très grands modèles (6 shaku de large, plus de 9 shaku de haut soit 2.80 m... plafond bas s'abstenir !). Pièce rare qui a conservé sa rampe d'origine et qui n'a pas été recoupé dans le sens de la profondeur, comme cela arrivait malheureusement beaucoup (les kaidan dansu étaient souvent pris dans la maçonnerie et il fallait les couper lorsqu'on voulait les retirer). On l'imagine dans le kura (magasin d'artisan) pour accéder à l'étage, tout en maximisant l'espace de rangement. Très grand volume de rangement, permettant facilement d'y remiser un futon. En très bon état pour ce type de meuble qui était en général posé sur le sol en terre et qui souffrait donc beaucoup. Restauration professionnelle.

         

    C. Commode Sendai en laque brillante noire

    Commode à kimono en laque traditionnelle noire. Un effet miroir époustouflant. Contraste des ferrures "vieil argent". Avec ses grands tiroirs pour les kimono, les petits pour les accessoires, la porte de coffre qui dissimule les petits tiroirs (pour le nécessaire à écriture et les objets de valeur), ses dimensions et proportions, c'est "la" commode Sendai standard. Seulement, elle est parée ici d'une de ses plus belles finitions.

      

    D. Commode Sendai en laque brillante ocre

    Commode à kimono en laque traditionnelle couleur karashi (moutarde japonaise). Cette couleur de laque réconcilie la laque traditionnelle, vieille de plusieurs milliers d'année, avec le XXIème siècle : il s'agit d'une "nouvelle" couleur de laque, que notre artisan a réussi à obtenir après des années de tentatives. Il faut savoir que la palette de couleurs possible en laque traditionnelle est très limitée. Ce tansu a été choisi par la Maison de la Culture du Japon à Paris comme symbole de l'artisanat japonais vivant, c'est-à-dire qui n'est pas uniquement ancré dans le passé, mais sait évoluer et se remettre en question.

      

    E. Longue commode Sendai en laque essuyée ton bois

    Cette commode Sendai, très classique dans sa finition (laque essuyée ton bois et ferrures noires au motif de pivoines) est particulièrement intéressante de par ses proportions. Il est en effet rare pour les commodes à kimono d'être aussi larges. Elle représente pour moi un souci d'adaptation à notre vie moderne, où l'on a beaucoup de vêtements à ranger (à comparer avec l'époque Meiji ou une famille possédait tout au plus 2 ou 3 kimono), et peut également trouver sa place dans une salle à manger occidentale, avec ses proportions qui ne sont pas sans rappeler celles d'un buffet.

      

    F. Commode Sendai en laque essuyée ton bois

    Avec sa hauteur et sa largeur inférieures à 1 m, cette commode ne fait plus partie des grands modèles. Ses dimensions, sa finition en finition laque essuyée ton bois et ses ferrures noires (au motif de pivoines), ses grands tiroirs et sa porte de coffre, sont les attributs de la commode Sendai à kimono classique.

      

    G. Meuble Sendai à portes battantes en laque brillante ton bois

    Superbe réalisation pour ce meuble multi-fonctions. On peut imaginer comme utilisation originale le rangement des kimono dans les tiroirs, et de vaisselle voire d'objets plus encombrants derrière les portes (oreillers, etc.). On peut imaginer aujourd'hui de multiples utilisations à l'espace de rangement derrière les portes, équipé d'une étagère : livres, bouteilles, etc. Il est même possible d'y ranger la couette du kotatsu ! Les portes battantes étant assez rares dans les meubles au Japon (en dehors des petites portes de coffres), l'intégration à cette commode est particulièrement réussie. La finition en laque brillante transparente, sans adjonction de pigments, est sublime et permet des jeux de couleurs très intéressants, en fonction de l'éclairage. Les veines du vieux keyaki sont particulièrement bien mises en valeur.

     

    H. Buffet / vaisselier Hikone en laque essuyée ton bois, période Meiji

    Il s'agit ici de la partie haute d'un mizuya dansu de petite taille. Les buffets japonais sont souvent très grands (jusque 2 m x 2 m), et de par leur utilisation, les parties basses ont parfois souffert. J'aime redonner une seconde vie à un meuble, éventuellement pour une autre fonction : le grand espace de rangement derrière les portes permet d'y ranger des objets volumineux (couettes, etc.). Il pourrait tout aussi bien trouver sa place dans l'entrée comme bahut, voire comme meuble à chaussures...

      

    I. Meuble chariot Nihonmatsu en laque cajou ton bois

    Commode à kimono sur socle à roues en bois, un type de tansu populaire à l'époque Edo. Facilement déplaçable dans la pièce en tatami, le meuble pouvait éventuellement être utilisé en dehors de la maison en cas de besoin. L'artisan a choisi une laque cajou sans adjonction de pigments, travaillée pour faire ressortir de façon subtile le relief des veines du keyaki.

      

    J. Commode Nihonmatsu "washi"

    Interprétation très intéressante de mon artisan de Nihonmatsu, qui a utilisé une technique rare dans le mobilier et en général réservée aux boîtes : le meuble a été recouvert de papier japonais (washi, papier de mûrier), "figé" dans la laque avant de recevoir ses couches de laque à chaque fois polie au charbon. Cela lui procure une profondeur jamais vue, et un jeu de couleurs très intéressant en fonction de l'exposition au soleil. Ainsi, la commode paraîtra jaune, verte, marron voire noire, en fonction des moments de la journée, le vert olive façon "vieux cuir" étant cependant la meilleure façon de le décrire. L'artisan a présenté cette commode à l'exposition d'artisanat de sa préfecture et a obtenu le premier prix, toutes catégories confondues. Une pièce unique. Unique également, car l'artisan a choisi des ferrures dorées, que l'on ne trouve en général pas au Japon. A pièce d'exception, équipement d'exception : l'artisan a souhaité ajouter un plateau laqué réversible rouge-noir. On peut donc à loisir varier la finition du plateau : noir, rouge, ou laisser le dessus en washi.

      

    K. Meuble haut Nihonmatsu à portes battantes en laque cajou jaune

    Traditionnel ou design ? J'aime l'approche de mon artisan sur ce meuble. Sans renier l'héritage de la tradition (les fonctions -tiroirs et rangement derrière la porte-, style du meuble notamment les ferrures), il a su leur donner un côté résolument moderne en retravaillant les proportions (meuble en hauteur) et la couleur. La laque cajou, dont il s'est fait une spécialité, lui offre ici une palette de couleurs plus large que dans le cas de la laque traditionnelle. Ici en laque cajou jaune poussin, une couleur que l'on retrouve beaucoup dans les ukiyo-e, sur les kimono et leurs obi, ou encore la porcelaine japonaise.

      

    L. Meuble chariot Edo en laque essuyée ton bois, période Edo

    Ce kuruma dansu de la région d'Edo est remarquable à plusieurs titres. D'abord, pour son grand âge (environ 200 ans), et somme toute, son état de conservation. Ensuite pour sa construction (regarder le chariot sous le meuble est un véritable plaisir). Enfin, évidemment, pour le texte qui y est peint. Le couvercle cache un important espace de rangement, et la partie basse comporte 3 grands tiroirs. Je n'ai encore pu percer le mystère du métier que faisait son propriétaire. Il est probable que le tansu était déplacé tous les jours pour le mettre devant l'échoppe. Ce meuble est actuellement en cours de restauration.

      

    M. Meuble TV Sendai en laque essuyée ton bois

    Partant du constat qu'il est aujourd'hui très difficile de trouver un beau meuble télévision (presque tous sont de style moderne, en aggloméré recouvert d'un film plastique noir), mon artisan s'est lancé le défi de réaliser un meuble TV à partir d'un modèle de katana dansu de Sendai. Les attributs du katana dansu sont respectés, et l'on tient compte de l'utilisation moderne du meuble : structure renforcée pour supporter le poids de la télévision pendant plusieurs années, ouvertures à l'arrière pour le passage de câbles, petits tiroirs pour le rangement des télécommandes et des DVD, etc. J'aime particulièrement cette capacité de remise en question et de "dépoussiérage" de l'artisanat traditionnel.

     

    N. Meuble escalier Konomi

    J'ai été séduit par cet artisan qui a su trouver des solutions pour rendre le mobilier plus abordable sans renier l'identité de l'ébénisterie japonaise. Son concept de mobilier modulaire (commodes basses / commodes hautes / coins d'escalier) renoue à la fois avec la logique du mobilier japonais multi-fonctions, et avec notre mode de vie actif. J'aime changer de temps à autres l'agencement de mes meubles. C'est aussi une ligne de meubles que mes partenaires aiment beaucoup lorsqu'ils me demandent de coopérer à une exposition, car ils peuvent créer l'atmosphère qu'ils souhaitent en combinant plusieurs meubles.

    O. Buffet / vaisselier Ômi en laque brillante noire et essuyée ton bois et acajou, période Meiji

    Majestueux mizuya dansu de 6 shaku (180 cm de large) en keyaki, caractéristique de Ômi, dans la préfecture de Shiga (ouest de Kyôto, sur les bords du lac Biwa). Ce type de meuble était également appelé daidokoro todana puisqu'il se trouvait dans la pièce faisant office de cuisine, et qu'on y rangeait la vaisselle, voire la boîte à riz et le broc d'eau. La finition en laque brillante des portes indique que le propriétaire avait des moyens significatifs. Le choix de la laque essuyée acajou / miel pour les panneaux (bas de porte et face avant des tiroirs) apporte un contraste intéressant.
    On peut l'utiliser comme dans les maisons à la campagne au Japon avec les 2 parties superposées, ou en séparant les 2 moitiés dans une grande pièce, chaque partie faisant office de buffet... voire pourquoi pas en guise de banc en ajoutant des zabuton sur le dessus...
    Ce meuble est actuellement en cours de restauration.

     

      

    P. Commode Nihonmatsu en laque cajou rouge

    Très féminine (par opposition aux commodes de Sendai où l'on ressent davantage l'héritage du samurai), cette commode Nihonmatsu se pare d'une laque brillante rouge sur laquelle les ferrures rondes au motifs de chrysanthèmes et de pins contrastent.

    Q. Bahut Niigata en laque essuyée ton bois, période Edo

    Outre le charme dû à son grand âge et à son style très équilibré (massif et délicat en même temps), ce monoire dansu en châtaignier est très fonctionnel. C'est le type de meuble que l'on trouvait généralement dans les commerces. 105 cm de haut, 135 cm de large, mais surtout 60 cm de profondeur, son utilisation est toute trouvée : on y range les futon de notre kotatsu, les zabuton, ... et il reste encore de la place ! Un petit tiroir secret vient ajouter au plaisir...

    Où trouver des meubles japonais en France ?

    La question revenant souvent, je consacre quelques lignes au sujet de l'achat de meubles japonais en France et à l'importation directe depuis le Japon.

    Il y a très peu de commerces proposant du mobilier japonais authentique en Europe. (J'ai déjà développé le sujet du faux mobilier japonais dans une autre rubrique et n'y reviens pas ici).

    Dans le contexte de crise que nous traversons, peu de clients se laissent en effet séduire par des pièces d'exception et de valeur, le secteur du mobilier haut de gamme souffre en effet beaucoup, tant pour les antiquités que pour les meubles neufs. Lorsque j'avais moi-même décidé de créer ma société spécialisée sur le mobilier japonais, j'avais été surpris de constater être le seul dans toute l'Europe à travailler avec des artisans ébénistes japonais.

    Quant à acheter son meuble directement au Japon, cela est difficile pour un particulier sauf à habiter sur place en tant qu'expatrié, et à bénéficier d'un conteneur pour rapporter son meuble en même temps que le déménagement lors du retour en France. En effet, outre la difficulté de trouver un artisan qui parle anglais, rares sont les commerçants japonais qui accepteront de s'engager dans les procédures complexes d'exportation. Les frais logistiques seront par ailleurs assez élevés (considérer que le prix du meuble acheté à l'artisan japonais sera en moyenne doublé une fois importé en France). Un amateur de tansu me disait avoir craqué pour une commode lors d'un voyage au Japon. Après avoir réglé le prix du meuble à l'artisan, il a mandaté un transporteur pour la logistique et les démarches d'export et d'import. Il avait pensé qu'il lui en coûterait 1 000 €, mais la note s'est finalement élevée à près de 5 000 €... En effet, après avoir négocié le prix du transport avec son transporteur, il a décidé de faire réaliser une caisse en bois pour protéger le meuble pendant le transport, puis il a découvert l'impact des procédures d'importation au moment du passage en douane de son meuble en France : les droits de douane, la TVA française et les procédures de dédouanement ajoutent environ 40 % à la valeur du meuble. Le meuble déjà arrivé au Havre, il était alors trop tard pour faire marche arrière...

    Les risques de dommages au meuble pendant le transit international n'étant pas à sous-estimer, et les recours difficiles avec le transporteur et son assureur, la solution d'une caisse sur-mesure avec ses calages appropriés est très fortement recommandée, même si elle enchérit le meuble.

    Si vous cherchez un meuble japonais déjà importé en France, n'hésitez pas à me contacter et je pourrai éventuellement vous orienter.